Vendredi 4 octobre 2019 - 20:30
  • Court métrage et débat

LES STATUES MEURENT AUSSI

« Pourquoi l’art nègre se trouve-t-il au Musée de l’Homme alors que l’art grec ou l’art égyptien se trouvent au Louvre ? » C’est à partir de cette question qu’a été réalisé Les statues meurent aussi, court métrage documentaire sorti en 1953 mais censuré pendant 11 ans en raison de sa critique radicale du colonialisme. Un film à replacer dans son contexte, celui des années 50 et de la persistance d’un rêve assimilationniste en France, celui des débuts de la critique décoloniale. Y est questionné le rôle des musées et de la marchandisation dans la dégradation de « l’art nègre ».

Durée du programme : 1h30 env. (dont 30 min de projection)

> Rejoindre l’événement Facebook


Les statues meurent aussi
Chris Marker, Alain Resnais / France / 1953 / Documentaire / 30 min 04
« Quand les Hommes sont morts, ils entrent dans l'Histoire. Quand les statues sont mortes, elles entrent dans l'art. Cette botanique de la mort, c'est ce que nous appelons la culture. »
C'est ainsi que commence ce documentaire controversé qui pose la question de la différence entre « l'art nègre » et « l'art royal », mais surtout celle de la relation qu'entretient l'Occident avec cet art qu'elle vise à détruire sans même s'en rendre compte. Ce n'est pas encore la vague indépendante, mais quelques prémices se font sentir dans ce film. Un saut dans le passé, une photographie du point de vue occidental.

Projection suivie d’un débat avec le philosophe Achille Mbembe et les membres de Survie Nord (association engagée contre la politique néocoloniale de la France en Afrique).

L’installation 0,005m3 d’identités de Magalie Mobetie sera également visible tout au long de la soirée.




Rechercher

Newsletter

Suivez-nous sur Facebook

bg
 
L'hybride
18 rue Gosselet 59000 Lille
Tél. : + 33 (0)3 20 53 24 84

  L'hybride / Rencontres Audiovisuelles © Tous droits réservés / All rights reserved 2011-2019  
Télécharger la brochure